Catégories
Actualités Bonnes pratiques | Tips Optimisation

Comment le filtrage d’Internet peut participer à brider ou à développer l’innovation au sein de votre entreprise.

Vous n’êtes pas autorisé à consulter ce site internet. Pour toute demande d’accès veuillez remplir le formulaire à destination du service informatique »

Ce message automatique généré par le pare-feu d’une entreprise est adressé à un employé motivé qui revient d’une conférence sur l’innovation managériale . Cet employé donc, souhaitait approfondir le sujet en consultant une vidéo sur YouTube d’Isaac Getz, professeur à l’ESCP Europe. Il se retrouve freiné dans son élan et frustré de ne pas en apprendre plus sur ce sujet qui le passionne. Il passera à autre chose et ne fera jamais bénéficier son employeur des bonnes idées et de la motivation qu’il avait.

Face au sujet délicat du filtrage d’Internet, nous constatons qu’il existe généralement trois types d’approches :

1. Les entreprises qui ne filtrent absolument rien

Celles-la, n’en parlons pas, elles passent leur temps à faire le ménage pour les virus et autres désagréments qu’elles subissent trop souvent.

2. Les entreprises « à l’ancienne »

Ces entreprises appliquent des règles de filtrage d’Internet issues d’un temps révolu où :

  • La bande passante était restreinte et coûteuse.
  • Les réseaux sociaux, les MOOC, les chaînes youtube etc… n’existaient pas ou bien faisaient très peur (« vous imaginez si tous mes salariés passent 2 heures de leur temps à ne rien faire sur Internet ?!!! »).
  • Les générations Y et Z étaient encore sur les bancs d’école.

Le filtrage y est donc strict. Les seuls écarts à la règle tolérés le sont pour le haut de la pyramide ; Directeurs et top managers ; qui sont les seuls à pouvoir naviguer sans contrainte et parfois sans aucune sécurité. Les employés, frustrés, mais désireux d’avancer et motivés par leur mission, se voient donc contraints d’aller chercher l’information sur leurs smartphones ou tablettes 🙁

Pire, il existe souvent dans ces entreprises un décalage entre l’image moderne qu’elles souhaitent véhiculer pour recruter et vendre leurs services et produits et la réalité vécue par les employés et les clients.

3. Les entreprises 2.0

Chez OM Conseil, nous avons décidé il y a bien longtemps de supprimer les contraintes liées au filtrage internet. Bien évidemment, cette liberté de naviguer sur le net ne s’est pas faite au détriment de la sécurité. Nous filtrons les sites répréhensibles aux yeux de la loi et avons configuré finement les modules de notre pare-feu Watchguard pour réaliser des scans antivirus systématiques, un contrôle fin des applications, le blocage des logiciels malveillants et autres tentatives d’intrusion.

La team OM Conseil peut donc accéder librement aux réseaux sociaux, aux médias, aux cours en ligne (MOOC) et chacun peut cultiver sa curiosité, sa soif d’apprendre et de découvrir. Cette liberté d’accès à internet a également permis aux équipiers de trouver puis de tester des logiciels en mode SAAS répondant à leurs problématiques. Une équipe qui avait besoin d’améliorer la collaboration entre ses membres a par exemple testé Slack en toute autonomie. Une fois le POC (Proof Of Concept) validé entre eux, l’équipe a réalisé un retour d’expérience à l’ensemble des collègues OM Conseil. Depuis, nous avons généralisé l’utilisation de Slack et avons diminué le nombre d’e-mails échangés tout en améliorant notre collaboration. Et tout cela sans passer par la case « DG » 😉

Désormais, les POCs se multiplient (Asana, Gladys) et permettent à OM Conseil d’évoluer et d’innover dans la bonne humeur.

Et vous, où en êtes-vous ?