En décembre 2016, Yahoo a annoncé qu’il avait découvert un énorme piratage de ses données, compromettant plus d’un milliard de comptes utilisateurs. Cela s’ajoutait à une violation de ses données survenue en 2014, qui avait déjà touché plus de 500 millions d’utilisateurs.

Voyons, avec notre ami Bill Hess, blogueur sur Pixel Privacy, pourquoi nous en sommes là depuis quelques années déjà.

Pour Bill, et nous sommes d’accord avec lui, la grande fragilité des systèmes qui contiennent vos données sensibles aujourd’hui, c’est le mot de passe. Et bien que tout le monde sait que ce n’est pas judicieux d’utiliser le même partout, c’est pourtant ce que font 61 % des utilisateurs* !

L’étude de LastPass rapporte également que 110 millions d’Américains de plus de 18 ans ont vu leurs renseignements personnels exposés par des pirates informatiques en 2014. En moyenne, 19 personnes sont victimes de vol d’identité chaque minute. Et il faut 1 an et demi pour se remettre d’un vol d’identité.

Du coup vous êtes en train de penser à ce mot de passe que vous ré-utilisez partout car c’est plus facile ? Vous avez compris le problème : il suffit que l’un des sites sur lequel vous l’utilisez se fasse pirater pour que tous les autres sites et donc vos données, soient compromis. Ce sera alors très simple de se faire passer pour vous.

Petit test ?

Allez sur ce site “Have I been pwned ?” (il est sérieux) et renseignez votre adresse mail ou un login (nom d’utilisateur) que vous utilisez souvent. Vous verrez si elle a été compromise et si oui, sur quels sites.

Vous l’avez compris, le talon d’Achille c’est la réutilisation du même mot de passe, quand bien même il serait super costaud (25 caractères en mélangeant minuscules et majuscules, chiffres et caractères spéciaux). Nous vous invitons à lire ce que conseille Bill pour mieux sécuriser vos données sur son blog Pixel Privacy ici. Ou bien, si vous ne lisez pas l’anglais, consultez notre article sur la manière d’établir une stratégie de mots de passe personnels.

 

* Etude réalisée par l’éditeur LastPass auprès de 2 000 personnes aux USA, Allemagne, France, Nouvelle-Zélande, Australie et Royaume Uni.

Laisser un commentaire

code anti-spam *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.